Star Wars - Age of Rebellion

Saison 1, Acte 3, Épisode 2

Des amis sur Sriluur

Le skiff poursuit son chemin dans le canyon de Sriluur et s’engage dans les montages rocheuses. Kayle poursuit la route à la vitesse maximale du skiff, afin de ne pas être rattrapé. Peu de temps après, le vent se lève et la visibilité devient faible; Kayle se voit forcé de diminuer sa vitesse mais trouve un chemin dissimulé et parallèle à la route principale, chemin qu’il emprunte afin d’éviter d’être repéré à nouveau par leur agresseur. Pendant ce temps, Bail examine les pièces du skiff pour une amélioration possible de celui-ci.

Plusieurs heures plus tard, au levé du soleil, le groupe achève la traversée du désert et arrive enfin à Al-Campur. Kayle aperçoit un poste de contrôle à l’entrée de la ville opéré par des sandtroopers impériaux. Bail le guide afin de tenter de contourner le poste de contrôle mais ils sont aperçus par les sandtroopers, dont deux enfourchent des speederbikes et viennent les rejoindre. Bail sabote légèrement et furtivement le skiff, qui émet un bruit de dysfonctionnement et s’écrase lentement au sol.

Naj’ convainc les deux sandtroopers qu’ils se sont écartés car ils avaient un problème technique à réparer. Les soldats demandent au groupe de faire vite et de passer par le poste de contrôle lorsqu’ils auront terminé.

Bail « répare » le skiff et Kayle va rejoindre la file de speeders qui attendent pour accéder à la ville. Bail remarque que le skiff qui les poursuivait dans le désert vient de se poster dans la file quelques véhicules derrière eux. Il observe les plaques de blindage se refermer et parvient tout juste à voir que le pilote est un immense Houk! Il le décrit au groupe; le professeur exprime qu’il s’agit d’une espèce qui vient de l’extérieur de Sriluur mais qui y est très présente… Et très dangereuse.

Lorsqu’ils passent au poste de contrôle, Naj’ complimente les sandtroopers pour leur travail sur la planète et Bail leur sert une bonne dose de techno-babble en leur expliquant qu’ils viennent travailler à Al-Campur pendant qu’ils servent leurs fausses cartes de Kaukuko. Il se permet également de mentionner qu’ils ont été poursuivis dans le désert par le Houk à l’arrière de la file. Les sandtroopers affirment qu’ils vont faire suite.


Le groupe entre dans la ville. Il s’agit d’une ville rudimentaire, construire en cercle autour du Temple de Am-Shack, dieu du tonnerre. Les bâtiments sont faits de terre et de pierre et ne font que deux ou trois étages. Kayle trouve un stationnement près d’un marché public. Le propriétaire, qui parle difficilement le basic, demande 12 crédits et Naj’ parvient à le convaincre d’en prendre 10 et demande si il est possible de mettre la main sur un terminal. Le weequay lui remet une petite carte de la ville, lui indiquant qu’il est possible d’accéder à un terminal public au centre de la ville, mais que ceci coûte de l’argent.

Kortell exprime ses réserves quant à l’utilisation d’un terminal, considérant ce qui est arrivé à Dnalvec. Elle confit à Naj’ qu’elle préfère qu’il s’adresse aux Weequay, en tenant compte de leurs croyances religieuses, afin de trouver la cellule rebelle (et par extension, elle l’espère, Hepto Kloder). Le groupe se dirige vers le temple, sous la chaleur accablante, qui ne manque pas de les ralentir dans leur ardeur, sauf pour Naj’ et Kortell, qui sont deux Twileks.

Le groupe arrive au temple dans la place publique au centre de la ville et imite les weequay qui y sont prosternés. Naj’ et Kortell partent marcher dans la foule pendant que les autres restent au temple, auquel fait face une base impériale installée dans un centre communautaire. Cette base, encerclée de sandtroopers, marque Bail, qui est réellement témoin du joug impérial de façon aussi frappante pour la première fois. Kayle, de son côté, examine la base afin d’y trouver des points d’infiltration.

À un petit marché extérieur, Kortell achète des fruits pour elle et Naj’, puis parle au vendeur de la base impériale devant le temple. Naj’ en ajoute en disant qu’il trouve que cette base est un affront à la foi des Weequay. Le marchant, qui a lui aussi beaucoup de peine à s’exprimer verbalement (les weequay communiquent par phéromones), confie que ce qui est le plus révoltant, ce sont les exécutions publiques sans accusations qui sont opérées par les impériaux depuis leur arrivée. Naj’ et Kortell sont horrifiés d’apprendre ceci, puis Naj’ se risque et demande si des gens se réunissent contre l’Empire. Le marchand se tait aussitôt mais un autre weequay passe tout près de Naj’ et lui dit subtilement deux mots: « Engreten, 20h00 ».


Naj’ et Kortell rejoignent le groupe et tous décident que ceci est une bonne piste et qu’il convient d’attendre le soir afin de rejoindre l’établissement nommé « Engreten ». Bail passe l’après-midi à améliorer le skiff de Bekatel pendant que le reste du groupe se réfugie à l’ombre dans une des petites terrasses de la ville.

Lorsque le moment arrive, le groupe va rejoindre Bail et ils se préparent à aller à l’Engreten. La première circulation aérienne de la journée est observée alors qu’une navette impériale quitte la ville et qu’un transport léger la croise en sens inverse.

À leur arrivée à l’Engreten, un petit établissement dans une rue transversale de la Capitale, Naj’ tente d’identifier le weequay qui lui a chuchoté à l’oreille, sans succès. Le groupe s’installe au bar et Kortell leur paie tous un verre, ayant constaté plus tôt à quel point ils étaient sans le sou. C’est à ce moment que, subitement, Kayle dégaine son arme et se retourne brusquement. Derrière eux se tient un immense Houk, armé d’une lourde masse et prêt à frapper!

Kayle fait feu sur le Houk puis le professeur se retourne et tente de lui lancer le contenu de son verre au visage. Le Houk évite le verre et accroche un weequay derrière lui avec sa masse. Naj’ fait feu également, visant la main du Houk, mais son coup de blaster touche la gance de l’arme accrochée au point du Houk. Bail imite les autres et fait feu, mais le Houk se jette sur Kayle et lui enfonce sa masse dans les côtes.

Kayle poursuit le feu sur le Houk pendant que le professeur tente, sans succès, de lui enlever sa masse. Kortell lève sa chaise et lui assène un grand coup de celle-ci sur la tête. Le Houk, assailli de toute part, recule alors que Bail tire également mais atteint un weequay derrière. Naj’ se place devant Kayle pour le défendre et tire lui aussi sur le Houk, qui recule devant la force de frappe du groupe. Il tente de fuir mais est intercepté dans la porte de l’établissement par le weequay qui avait « invité » Naj’, qui le jette au sol, l’immobilise, le rend inconscient d’un coup derrière la tête puis lui assène un coup avec sa propre masse avant de lui cracher dessus et de rejoindre le groupe au bar. Les clients du restaurant se rassoient et l’activité normale continue. Kortell replace sa chaise et Kayle va porter un verre aux clients qui ont été victimes du coup de masse et de blaster perdus.

Le weequay explique à Naj’ que le Houk est un esclavagiste qui s’empare d’étrangers à Al-Campur. Le weequay discute pendant un moment avec Naj’ et Kortell. Naj’ dit chercher Hepto Kloder et Kortell montre une image de celui-ci. Le weequay dit que les weequay ne se donnent normalement pas de nom, qu’un weequay avec un nom sera plus facile à trouver. Kortell et Naj’, lors de la discussion, réussissent à se démontrer digne de confiance.

C’est alors que le weequay se lève et demande à Naj’ et Kortell de le suivre, dans 5 minutes, à l’arrière de l’établissement. Le groupe attend le temps demandé et se rend ensuite dans le backstore. Le barman fait semblant de leur indiquer les toilettes mais leur montre plutôt une trappe qui mène sous la terre.

Ils sont guidés par le weequay dans un labyrinthe sous-terrain de tunnels creusés à même la terre. Ils finissent par aboutir à des quartiers rudimentaires, profondément dissimulés sous la surface. Dans ces quartiers ils peuvent voir quelques weequays, des couchettes et une petite pièce centrale où se trouvent une table et quelques armes éparpillées ici et là. Ils peuvent également voir un vieux drapeau sur lequel figure le logo de l’Alliance pour rétablir la république.

Le weequay qui les a amené là leur dit qu’il comprend qu’ils ne sont pas de Sriluur et qu’ils combattent l’Empire. Il leur présente un contrat; il affirme qu’un fournisseur d’armes, Vetrémiad Corp, fournit sa cellule mais qu’il menace de cesser de le faire si ils n’achètent pas davantage. Kortell comprend pourquoi il parle de ceci et propose de demander au commandement allié d’établir un lien avec Vetrémiad Corp afin de s’y approvisionner, permettant à la cellule de Sriluur de poursuivre les affaires avec eux et permettant au commandement allié de se désenclaver. En échange, la cellule rebelle de Sriluur prendrait l’engagement de chercher Hepto Kloder.

Tous semblent d’accords avec ce partenariat, apparemment bénéfique pour les deux parties. Le weequay invite le groupe a amener avec eux un des agents de la cellule, en guise de bonne volonté et afin de faciliter la collaboration. Le groupe accepte.

Avant de partir, Bail remarque un light repeating blaster endommagé qui traîne sur la table. Il prend quelques moments pour tenter de le réparer; il n’y parvient pas mais alors qu’il tente d’expliquer à un weequay ce qu’il resterait à faire pour terminer le travail, celui-ci lui pointe le tool kit de Bail, flambant neuf comparativement au leur. Bail lui en fait don et le groupe quitte les lieux.


C’est à leur sortie de l’Engreten qu’ils aperçoivent, dans la ruelle derrière, que le Houk qui les avait attaqué est en train de se faire (encore) tabasser par deux weequay. Bail tente de le fouiller; les weequay le reconnaisse et en guise de soutien lui offre la clé de son skiff. Bail, en échange, remet la clé du skiff de Bekatel au barman, comme il s’agit d’un allié de la cellule rebelle.

Le groupe trouve donc le skiff du Houk dans un stationnement à proximité et s’en empare. Ils y trouvent un peu d’équipement, dont une blaster lance, un moniteur de menaces et un kit de survie pour le skiff.

Ils sortent facilement de la ville avec leur nouveau skiff blindé; les sandtroopers à l’entrée sont ceux qui les ont laissé entrer et Bail fait même allusion, à la blague, que le Houk leur a « laissé » son skiff.

Le retour à Dnalvec par le désert se fait pendant la nuit plus facilement que l’arrivée, le groupe étant protégé par les immenses plaques de blindage du skiff.


Quelques minutes avant leur arrivée, Naj’ communique avec Sitz, qui est très insulté que l’unité R2 de la navette aie dû expliquer à un groupe de stormtroopers, après leurs manigances au terminal, qu’il ne fallait pas fouiller celle-ci, pendant que lui restait caché à l’arrière.

Naj’ dit à Sitz qu’ils seront là dans 20-30 minutes et qu’ils amènent du monde. Sitz demande que cette fois-ci, ce ne soit pas des impériaux. Bail, afin de faire une blague à Bekatel, qu’ils iront chercher, demande à Sitz de se mettre un uniforme de stormtrooper (ils en ont deux dans la navette), ne réalisant pas que ça ne sera pas simple car il est sullustan!

Naj’ contacte ensuite Bekatel et lui indique qu’ils vont venir le chercher sous peu. Bekatel, visiblement excité de se joindre à ceux qu’il ne connaissait que via les réseaux illicites révolutionnaires, a beaucoup de difficulté à se contenir (répète sans cesse « je n’arrive pas à y croire »). Naj’ lui demande de venir les rejoindre au hangar du skiff.


Ils arrivent au hangar quelques minutes plus tard. Bekatel les attend au petit hangar. Il s’agit d’un humanoïde trappu et à écailles. Naj’ lui demande si ils peuvent aller chez lui afin d’accéder à un terminal. Bekatel, trop honoré de tous les rencontrer, les amène chez lui, une petite chambre dans l’immense complexe portuaire. Il répète continuellement qu’il n’arrive pas à y croire.

Lorsqu’arrivés dans sa chambre, Wheatley s’installe au terminal. Il constate qu’une interrogation est prévue par un sergent impérial de leur groupe avant qu’ils puissent quitter avec la navette. Il annule la procédure d’interrogation et trouve, par la même occasion, le code de transpondeur de la navette impériale qu’il a aperçue la journée précédente; il s’en empare. Il profite de sa présence dans le système pour également obtenir de l’information demandée par Urel Haydon lors de leur dernière visite à Arda I.

Ils viennent pour quitter l’appartement de Bekatel alors que celui-ci se souvient que quelqu’un devra s’occuper de son rat domestique. Il l’emmène à sa voisine puis tous partent pour le port impérial où est toujours amarrée la navette.

Ils entrent dans la navette et sont accueillis par Sitz, à moitié déguisé en stormtrooper et avec la casque qui tient sur le dessus de sa tête! L’unité R2 arrive est se met à engueuler (dans son language) Naj’ pour ce qui est arrivé après leur départ. L’unité le suit partout et Sitz traduit ses insultes, lui aussi clairement irrité par le déroulement des événements.

Alors que Kortell et Sitz désirent clairement quitter la planète rapidement, Naj’ leur explique qu’ils iront d’abord s’emparer du transport d’hollinium qu’ils avaient fait mettre de côté pour une « inspection ».

Afin de réaliser ceci, Bail et Kayle enfilent les armures de stormtroopers et le professeur reste en civil dans sa combinaison environnementale. Ils se dirigent au port où attend patiemment le transport, un vieux TL-1200. Sous celui-ci deux membres de l’équipage sont en attente, l’un dormant dans un hamac attaché aux trains d’atterrissage.

Wheatley et Bail parviennent à convaincre ces deux hommes, visiblement fatigués par l’attente, qu’ils viennent réellement inspecter le vaisseau. Le professeur demande un accès, seul, au terminal de celui-ci pendant que les deux membres de l’équipage font une tournée à bord avec Bail et Kayle. Wheatley insère de fausses coordonnées dissimulées dans le système d’astrogation afin d’envoyer le transport à une destination de leur choix lorsqu’il partira. Il réalise en ce faisant que deux autres petits transports sont reliés au système maître ce celui-ci et qu’encore plus d’hollinium que prévu sera donc détourné!


Retour à la page d’acceuil…

Comments

Broc27

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.