Star Wars - Age of Rebellion

Saison 2, Acte 1, Épisode 4

L'exploration de la base ancienne

Wheatley propose aux autres de laisser l’odeur se dissiper. Il sait qu’il faudra se protéger les yeux, le nez et la bouche si ils entrent. Bail croit, à l’odeur, qu’il s’agit d’un liquide de refroidissement toxique qui est exposé.

Heureusement, tous les membres du groupe sont équipés soit d’un masque, soit d’une combinaison complète de protection. Bail et Naj’ entrent donc dans le bâtiment. Kayle monte la garde dehors. Bail éclaire les lieux avec sa glowrod et exprime que ces immenses machines sont probablement là depuis plus de 100 ans. Il remarque également qu’il y a plus de machines que ce qui devrait être nécessaire pour la taille de la base. Naj’ se demande ce que ça peut être et est surpris que Bail ne puisse identifier certaines machines. Il demande à Kayle de vérifier un des conduits pour l’aération, qui mène à l’extérieur, et Kayle lui répond que le gros tuyau semble se rendre au bâtiment d’accueil qu’ils ont visité plus tôt.

Wheatley va les rejoindre pour identifier les machines avec eux. Bail tente de déterminer si les machines proviennent d’un capital ship, réalise que certaines possiblement, d’autres non. Il croit que certaines des machines servent à purifier l’air et que d’autres semblaient générer des répulsifs contre la faune locale. Il trouve des produits qui se transporteront facilement à la base rebelle, si il prend le temps de les ramasser et les préparer pour le transport dans les chariots.

Le groupe sort du bâtiment et se sépare; Bail reste à la salle des machines pour préparer du matériel intéressant à ramener à la base alors que le reste du groupe suit les câbles d’alimentation qui sortent du bâtiment et montent vers le Nord, dans la montagne. Naj’ les guide, en suivant le câble qui est parfois visible, mais enterré à certains endroits.

Lorsque Wheatley, Kayle et Naj’ arrivent à un second bâtiment, un peu plus haut dans la montagne, ils constatent qu’il s’agit d’un entrepôt délabré. Ils y entrent et trouve une seule caisse qui n’avait pas été complètement vidée de son contenu: il s’agit d’une grande quantité d’armes (grenades, pistolets etc.). Après s’être assuré que l’entrepôt ne contenait aucun autre objet d’intérêt, le groupe attache la caisse avec une corde appartenant à Kayle et redescend vers la salle des machines en la traînant dans les bois, un exercice plutôt ardu.

À mi-chemin, d’ailleurs, la caisse cesse de bouger et en donnant un coup pour la tirer de là, le groupe déclenche l’une des grenades incapacitantes à l’intérieur de la caisse. Wheatley l’ouvre, pour constater qu’environ le tiers des armes ont été endommagées. Ils poursuivent leur route.

À leur retour à la salle des machines, Bail vient tout juste de terminer la préparation pour charger les chariots. Ils décident donc de laisser les armes et les échantillons à cet endroit et de tous retourner au Nord, comme ils savent que d’autres bâtiments doivent s’y trouver. C’est la mi-journée.

Après avoir traversé à nouveau les bois et vu l’entrepôt, ils continuent à suivre les câbles et tuyaux vers deux autres bâtiments. La surface autour de ces bâtiments est pavée, mais l’âge de la construction se fait sentir; la végétation a agressivement repris le dessus sur l’ancien pavage.

Ils entrent dans le premier bâtiment, une petite infirmerie, et n’y trouvent plus rien d’utilisable. Ils entrent ensuite dans le second bâtiment, le plus grand des deux.

Dans ce bâtiment, une petite salle d’accueil donne sur deux portes: à droite, ils aperçoivent un dortoir abandonné, puis à gauche, une ancienne cafétéria. Ils se rendent vers les cuisines. Bail mène la marche avec son glowrod.

En entrant dans les cuisines, ils aperçoivent deux créatures félines telle que celles qu’ils ont confronté à l’extérieur! Elles grognent et l’une d’elle tente de mordre subitement la jambe de Bail, qui recule juste à temps mais échappe sa glowrod! Kayle et Naj’ abattent cependant les deux bêtes immédiatement.

Cependant, le groupe entend que le bruit a alerté quelque chose dans la pièce voisine: des bruits et des cris de bêtes se font entendre dans le dortoir! Le groupe entre dans la cuisine et se positionne derrière le comptoir, se préparant à faire face à un assaut.

Quelques battements de paupières plus tard, la salle est effectivement envahie par six bêtes, qui entrent par les deux portes, à l’avant et à l’arrière. Elles courent et semblent très agressives, convergeant vers le groupe!

Kayle fait feu vers les deux bêtes qui étaient entrées à l’arrière de la salle, en abat une, puis l’autre trébuche sur son cadavre. Naj’ tire sur celles à droite, en abat une également, puis, se souvenant que les créatures détestent le bruit, fait feu sur un ventilateur au fond de la pièce, qui tombe au sol bruyamment. Wheatley tente de faire descendre le rideau de métal qui ferme le comptoir, mais ne parvient qu’à faire descendre qu’une partie devant lui, les autres parties, rouillées, tombant en pièces. Bail fait feu également, mais manque la cible, les créatures se cachant maintenant sous les tables, effrayées par le feu du groupe et le bruit.

Bail tente de tirer un peu partout pour les faire sortir de leurs cachettes; l’une sort de sous la table et est promptement abattue par Naj’. Wheatley s’aventure, hand scanner à la main, à sortir de la cuisine, pour tenter d’identifier les endroits où se cachent les créatures. Kayle sort également, en aperçoit une sous une table, puis l’abat. Naj’ sort lui aussi, puis Kayle lui pointe une autre créature, qu’il manque, mais dont il détruit la protection (la table sous laquelle elle se cachait) en faisant feu. Bail sort lui aussi, finalement, puis tire pour leur faire peur; les bêtes restantes sont effrayées et sortent de la pièce, fuyant à l’extérieur du bâtiment. Bail est terrorisé et en sueurs.

Le groupe reprend ses esprits et examine le dortoir; les créatures s’y étaient vraisemblablement installées pour y vivre. Ils ne trouvent cependant aucun objet d’intérêt et décident de quitter. C’est le milieu de l’après-midi et ils retournent au bâtiment de la salle des machines.


Leur matériel les attend. Cependant, ils ont laissé les chariots plus bas dans la montagne; ils doivent retourner les chercher. Bail identifie un chemin plus facile (mais un peu plus long) que celui qu’ils avaient utilisé lors de la montée.

Ils vont chercher leurs chariots et remontent vers la salle des machines. Cependant, en chemin, ils passent près d’un ruisseau et ne remarquent pas les pierres mouillées et glissantes: Naj’ tombe, déboule dans le ruisseau et se cogne la tête. Wheatley, qui le suivait de près, tombe également, déboule aussi et tombe sur lui! Kayle, qui tente de retenir le professeur, tombe également et déboule sur les deux autres! Bail prend une photo de la scène…

Bail, en chemin, coince son chariot et tire brusquement, l’endommageant. Ils arrivent à la salle des machines et remplissent les chariots, laissant derrière les armes endommagées, qui n’auraient de toute façon pas pu entrer dans le chariot brisé de Bail.

Le soleil se couche lentement et le groupe retourne aux speeders bikes; la route entre la montagne et la base est facile à naviguer et ils font le chemin du retour sous un coucher de soleil magnifique.


En arrivant, le groupe retourne le matériel à Clik. Il les accueille, semble déçu des bris sur l’un des speeders et le chariot, leur rappelle que les pièces pour les réparations se font rares. Bail lui explique ce qu’il a ramassé, Clik lui dit qu’ils auront peut-être besoin de lui pour l’analyse. Il prend aussi une petite marche avec lui et lui indique qu’il a eu le temps de vérifier pour l’émetteur; cet appareil a été géré hors inventaire et selon Clik, ceci n’a pu être fait que par un officier (il-y-en a quarante environ sur la base) ou une personne bien habile pour dissimuler du matériel hors inventaire.

Le groupe demande ensuite à Clik si il est possible qu’un autre émetteur aie été placé quelque part sur la planète. Clik répond que justement, Urtuua Haot se plaint constamment du fait que les communications sont actuellement brouillées à partir du C&C, ce qui empêche actuellement un potentiel traître de communiquer avec l’extérieur. Wheatley lui demande aussi ce qui est advenu de Kaukuko, le droïde de protocole qu’ils ont capturé sur Torque. Selon Clik, celui-ci est utilisé par le commandement.

Le groupe se dirige ensuite vers le C&C pour faire son débriefing. Ils sont accueillis par Réglisse. Wheatley aperçoit Kaukuko, qui semble effectivement travailler au C&C.

Réglisse prend leur débriefing oral puis leur demande d’en remettre un également écrit. Selon lui, Qurno ne va pas leur donner une autre mission d’ici deux jours; ils pourront donc se reposer. Naj’ offre ses services de tacticien; Réglisse en prend note.

Kayle va à l’infirmerie avec Naj’ et Wheatley. Morrick les fait passer devant deux autres patients en les voyant arriver. Elle pose des questions par rapport à leur mission, semble préoccupée de leur sort. Naj’ lui demande qui d’autre, à part les éclaireurs, auraient pu être affecté par le poison (il cherche à savoir qui pourrait avoir été porter un émetteur au Nord). Elle l’amène dans son bureau pour poursuivre la discussion; elle semble préoccupée.

Elle lui indique qu’elle a récemment traité les blessures de Var Narek, l’assistant de Setenna Hase. Narek avait des brûlures aux mains, qu’il aurait attribué à des blessures d’origine électrique. Cependant, Hase a remarqué qu’il avait aussi quelques blessures mineures qui la laissait croire qu’il s’était probablement aventuré à l’extérieur de la base, ce qu’il l’a surprise, considérant que ses fonctions doivent normalement le retenir sur place.

Le groupe, remis de ses blessures, quitte l’infirmerie et se rend au hangar. Harl Bess les salue et Naj’ va à sa rencontre. Bess s’enquiert toujours de Kortell, dont ils n’ont pas de nouvelles. Naj’, en discutant avec lui, apprend que les véhicules au hangar sont assignés par mission aux individus qui en ont besoin. Cependant, certains officiers auraient des véhicules personnels stationnés au C&C. Naj’, qui cherche à savoir qui aurait pu utiliser un véhicule pour se rendre dans les marais, est satisfait de cette information.

Wheatley, qui cherche la même information, se dirige vers un des terminaux du hangar. Des techniciens y sont en train de travailler. Le professeur leur dit qu’il a égratigné un speeder et qu’il aimerait savoir à qui il appartient, pour s’excuser. Le tech demande au prof de pointer lequel, afin qu’il puisse l’identifier. Wheatley en pointe un au hasard et dit: « J’espère que ce n’est pas celui de Var Narek! ». Le tech lui demande: « Tu as peur de Narek? ». Wheatley répond que non, qu’il souhaite seulement l’avoir de « son bord ». Le tech répond que Narek utilise le speeder de Setenna Hase, stationné au C&C.

Le groupe se rend ensuite au Mess pour manger. Urel Haydon vient les rejoindre pour prendre le repas avec eux.

Il s’enquiert de leur progrès et mentionne qu’il les a vus discuter avec Bess; il leur demande de faire attention à ce que Bess raconte, car il est apparement endetté auprès des Hutts (c’est un joueur compulsif et un grand buveur). Naj’ lui demande si il serait possible d’accéder à un terminal qui leur permettrait d’identifier les déplacements du speeder de Setenna Hase. Haydon répond que c’est concevable, mais que ça prendra quelques jours pour qu’il leur revienne avec ça. Il ne semble pas trop croire à l’hypothèse de la trahison de Narek, car selon lui, il est toujours avec Hase.

Il leur parle ensuite de VX-19, un droïde LOM, ex-impérial, qui tombe souvent en veille et qui a des comportements louches. Il leur parle également de Yalor, qui selon lui, est la personne qui possède le plus d’autonomie et d’accès dans la base. Il mentionne finalement Masi Qual, une bothan qui a des déplacements et comportements un peu louches, qu’il a aperçu dans des zones à accès limité de la base.

Wheatley demande si il serait possible d’offrir son aide au service des droïdes; Haydon répond que c’est peu probable, car il n’est qu’un agent, mais qu’il va essayer de lui obtenir ça.

Au fond de la cafétéria, le wookie Ishtaar renverse une table et tient un homme par le cou puis le brandit dans les airs, attirant l’attention de tous. Cependant, ceci semble être une occurence fréquente, car personne ne semble s’en alarmer…

Comments

Broc27

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.